Adrien Cornaggia > Faire l’amour

 Tania, caissière dans un supermarché, vit seule. Confrontée par son travail à un monde sans pitié, elle désespère de trouver l’être aimé. Jusqu’au jour où elle rencontre Jade, jeune femme qui comme elle se tient à l’écart de la vie. Sauf que Jade se révèle aussi imprévisible qu’insaisissable... 

La naissance d’un amour racontée avec les mots - et les maux - d’aujourd’hui. Une histoire rugueuse et attachante, pleine de vie, d’élans et de liberté. 


Extrait :

(...)

Aboiements lointains. Une guitare qu’on ajuste et sur laquelle on frottera quelques accords incertains.

JADE. – Bon alors

T’as pas quelque chose à me dire ?

 

TANIA. – Hein ?

 

JADE. – Vas-y fais pas genre « je t’ai carrément pas vue j’étais all alone avec moi-même »

À chaque fois qu’on passe Cristal et moi à côté de là où crèche le rasta

Tu me regardes comme si tu voulais m’avaler

Même Cristal elle grogne tellement elle te sent pas

Et Cristal elle grogne jamais

 

TANIA. – D’accord

 

JADE. – Et là elle t’a grave détectée meuf

Donc y a un truc

Elle a peut-être l’air d’une momie toute desséchée mais son flair est nickel

CRISTAL NON

 

Jade s’échappe en râlant.

 

TANIA. – Cette fille-là traine toujours à l’éco-parc des Carrières

Tout le temps avec sa bestiole super laide au bout de la laisse

Cristal

Ce qui est franchement un nom très moche

Toutes les deux c’est pire que des petites mamies quand elles se baladent

 

JADErevenant. – Donc

Pourquoi tu m’espionnes ?

 

TANIA. – Mais je t’espionne/

 

JADE. – C’est pas bien de mater comme ça sans dire bonjour

Je pourrais te prendre pour une détraquée

On sait jamais de nos jours

 

TANIA. – Des fois elles ont le nez noyé dans le ciel

Comme si le ciel c’était une piscine olympique

 

JADE. – On t’a coupé la langue ?

 

TANIA. – Mardi dernier je les ai chronométrées tellement elles prennent leur temps

 

JADE. – Je t’impressionne c’est ça ?

 

TANIA. – Oui j’avoue

 

JADE. – Avec mon petit requin de combat ?

 

TANIA. – J’avoue ça fait un bail que je l’observe

Enfin bref mardi dernier je décide de compter dans ma tête

Pour voir combien de temps il leur faut pour traverser le parc

Depuis chez le gardien rasta

Jusqu’au chemin Gérard Philippe

 

JADEcomptant en même temps avec ses doigts. – Tic toc

Tic toc

Tic toc

Tic toc

Tic toc

Tic toc

Tic toc

Tic toc

Putain meuf t’es fortiche

 

TANIA. – Elles ont mis une éternité

 

JADE. – Tu tiens super longtemps sans rien dire c’est incroyable

 

TANIA. – Du coup moi j’ai pris le temps de mâter

Je la regardais avancer au ralenti

Tel un héros américain

 

JADE. – Moi je pourrais jamais

 

TANIA. – C’était bizarrement beau

 

JADE. – Ça me rendrait dingue

© AMD 2021