Anne-Christine Tinel : “Fartlek”

Précédent

Thomas, étudiant en sport-études, doit devenir un champion. Mais sa timidité le rend invisible aux yeux des autres, surtout de Lou, la reine de la classe. Si bien qu'un jour, lors du trajet en bus pour l’entrainement de natation, Thomas, pensant surprendre son monde, insulte la prof de gym. Le chauffeur intervient. Ils s’affrontent...

Un récit en fragments vifs et nerveux pour raconter l’engrenage de la violence dans un monde où le culte de la performance exacerbe le désir et le sentiment d’humiliation.

Extrait

DECEMBRE

- Bonbecs ! Yep !

- Allan ça pue la mort : ses parents lui prennent ses fringues à Leclerc.

- Les bonbecs ; comme ça qu’il se la rachète sa popularité, à coup de sucettes qui te laissent la langue bleu schtroumph, à coup de fraises tagada, de créma ;

- les doigts s'introduisent dans le paquet à plusieurs, ça fouille, crépitement,

- collant t'attrapes tu ne vois pas quoi,

- pas avant que ça ne sorte

- et là pas le droit d'échanger, une sorte de loi dans la classe,

- ce que tu chopes tu l'avales,

- t'échange pas.

- Tu tires ça dépend ; une petite saloperie translucide ;

- vert piquant ;

- pétillant rose ;

- fraise molle ;

- boule fraîche ;

- bleu croquant ;

- violette ;

- non t'échange pas on a dit que non ;

- c'est ton destin ;

- le paquet circule ; autour, dans l'appui des regards, dans la fibre des rires, enfoui : le trac, la trouille du bonbon surprise.

- Si ça tombe, le bonbon que tu t’apprêtes à déguster, c’est pas réglisse ou myrtille qu’il va te laisser sur la langue, mais un relent de poisson, d'ail ou de vieille chaussette,

- et dans le pire des cas, un authentique effet goût de merde.

- C’est un jeu ouais.

- Un défi.

- Blow bubbles!

***

- Kilian, les papiers, ramassez-moi ces papiers. Dites vous le faites ça chez vous, éparpiller des emballages de bonbons sur le tapis du salon ? Vos parents, ils apprécient ? Je vous préviens, je vous y reprends au détour d'un couloir je vous prive de natation. Mais bien sûr que j'ai le droit de vous retenir, entraînement ou pas, quand votre entraîneur sera informé de votre conduite, que pensez-vous qu'il dira ? Qu'est-ce que vous croyez ? Encore une fois, la section sportive n'est pas un dû, elle engendre des devoirs jeune homme ; vous me passerez votre jeudi

après-midi à la vie scolaire. On saura bien vous occuper. Vous suivrez les agents de nettoyage dans leur travail, je vais vous l'apprendre moi la politesse.

 

- C'est bon, je ramasse. T'énerve pas. Intérêt général mon cul, Kilian roumègue.

Nous il pense un jour on sera champions. Nos parents nous répètent ça, qu'à nous, il nous faut rien de moins, l'excellence.

- Depuis qu'un matin l'air a déplié nos poumons pour y jeter des cris, on nous l'a tracé ce parcours d'excellence.

- Tapis d'éveil,

- circuit en bois fabriqué à la main par des artisans du Larzac aux normes européennes,

- cinq fruits et légumes par jour,

- lego éducatifs,

- apprentissage quotidien des leçons,

- circuit parallèle de cours particuliers,

- orthodontiste pour un sourire américain,

- goûters d'anniversaire mémorables,

- entraînement trois fois par semaine à la piscine,

- et à l'âge de 11 ans, dès l'entrée au collège, hostie sur la langue : la section sport étude !

- Dégagez dégagez, laissez-nous passer, pardon pardon, poussez-vous, c'est nous, l'avenir nous appartient ! Le tout venant de nos contemporains, la lie, les vieux qu'ont raté leur vie, ouvriers, fonctionnaires, employés : tout juste bons à torcher notre mépris.

- A nous l'azur radieux ! Tous les jeudi, plié, tendu, corps exultant on y goûte on y plonge, une giclée de chlore en guise de piment.

- On sera champions.

© AMD 2018