Mustapha Kharmoudi : “ Mieux vaut l’enfer que la vie parmi vous”

Au Maroc, une jeune fille violée se voit obligée, pour que celui-ci puisse être absous de son crime selon la loi en vigueur, d’épouser son violeur et de vivre au sein de sa famille… 

Inspirée d’une histoire réelle, cette fable nous plonge au cœur de la société marocaine, ses codes d’honneur, le poids de la religion et ses espoirs d’émancipation… Une fable noire et sans concession.

extrait :

Scène 2

La mère, Ali.

(…)

Ali adopte une posture paternaliste. Pose la main sur la tête de sa mère, et chuchote un court verset du Coran, la sourate du destin…

Ali : - Sadaqa allah al adhim ! [Allah le Puissant a raison].

La mère : - Amen ! Merci mon fils. Je prie Allah soubhanah du matin au soir…

Ali : - Allah azza oua jall !

La mère : Oui, oui, je prie notre Seigneur, Allah soubhanah, de nous…

Ali : - Allah azza oua jall !

La mère (le fixe du regard, interrogative) : - … ?

Ali : -Il vaut mieux dire : Allah azza oua jall.

La mère : - Ajara quoi ?

Ali (en articulant distinctement) : - Allah… azza… oua… jall.

La mère : - Ah ! toi… vraiment… tu es incorrigible ! Moi je me meurs, et toi tu veux m’apprendre les langues étrangères, maintenant…

Ali : - Mère…

La mère : - Et à mon âge ! Oui, en cet âge avancé où j’ai déjà un pied dans la tombe…

Ali : - Mère, ce n’est pas…

La mère : - Et en ces temps rudes qui érodent définitivement ma santé…

Ali : - Mère, ce n’est pas une langue étrangère, c’est la langue arabe… la pure langue de…

Gazouillis des oiseaux.
Ali semble gêné par les chants d’oiseaux…
Sa mère s’en aperçoit

La mère : - Quoi ? C’est de l’arabe, ce que tu as dit ?

Ali : - Mais bien sûr, mère…

La mère : - Ah bon ? En tout cas, ce n’est sûrement pas notre langue arabe, à nous…

Ali : - Enfin, mère ! Il n’y a qu’une seule langue arabe : c’est la langue du saint Coran, la langue du Paradis d’Allah azza oua…

La mère : Arrête de me compliquer la vie, j’ai déjà assez de tourments comme cela…

Ali : - Mère, le seul tourment qui doit te préoccuper, c’est la crainte d’Allah az…

La mère : - Hé oh ! Mais quand est-ce que tu vas revenir à la réalité, mon fils ? Te souviens-tu que ton épouse va venir chez nous, tout à l’heure ?

Ali : - Mais écoute-moi, mère…

La mère : - Et que ton projet de France est tombé à l’eau ?

Ali : - Comment ça, tombé à l’eau ?

La mère : - Ben oui ! Ta fiancée de France elle ne veut plus entendre parler de mariage… C’est fini : pas de visa, pas de regroupement-machin, plus rien… plus rien…

Ali : Et pourquoi ?

La mère : - Comment cela, pourquoi ? Est-ce que tu vas te réveiller à la fin ? Je te signale, au cas où tu l’aurais oublié, qu’on vient juste de te marier…

Ali : - Et alors ?

La mère : - Et alors quoi ? Tu ne t’attends pas à ce qu’une fille de France elle accepte d’être une seconde épouse ?

Ali : - Et pourquoi pas ?

La mère : - Ali ! Mon fils ! Où as-tu la tête ? Elle est née en France, elle a le passeport de France, elle est sûrement contre la polygamie…

© AMD 2017