Sabine Revillet : « Les Lunatiques »

Les parents de Rose, 9 ans, ne cessent de se disputer. Rose se réfugie dès lors dans sa bulle... à bord de laquelle, elle entreprendra un voyage dans la Lune.

Pièce pour jeune public à l’écriture vive et poétique. Une fable sur la quête de l’amour qui explore avec un beau sourire le désarroi d’un enfant face à la séparation de ses parents.


extrait :

1/ A TABLE

JOELLE. Je t'ai aimé comme une enragée et maintenant quand je te vois c'est comme si j'avais une rage de dents je ne te supporte plus Gilles.  GILLES. Moi c'est pareil Joëlle.  

JOELLE. Je ne peux plus te voir en peinture.  GILLES. Et moi en photo. 

Silence

Tu parles d'une ambiance ...

Silence très long

Tu me coupes l’appétit.

JOELLE. Moi c'est pareil. J'en ai tellement marre de tes salades. 

GILLES. Moi aussi qu'est-ce que tu crois ? T'entendre c'est devenu une corvée. 

JOELLE. Pour moi aussi c'est pas la panacée.  Rose, mon petit cœur mange ton plat. C'est rien, c'est une dispute comme une autre,  papa et moi on se fâche voilà ! Allez ! Prends ta fourchette, mange ton steak !

GILLES. Tout ça c'est de ta faute. 

JOELLE. Non de ta faute. 

GILLES. Non de la tienne. Regarde. Bravo. Rose a arrêté de manger elle tousse, elle s'étouffe.  Tape-lui dans le dos elle a dû avaler de travers. 

JOELLE. Je ne suis pas ta bonniche. T'as qu'à le faire toi !

GILLES.  Ça y est, elle s'est calmée.  Bon. Bon ben je vais faire la vaisselle. 

JOELLE. Non je vais faire la vaisselle.  Tu ne sais pas la faire toi. Toi, tu laisses des traces de graisse sur toutes les assiettes.  Rose allez arrête de pleurer ! Pourquoi tu pleures ?

GILLES. Elle pleure pas.  JOELLE. Mais si elle pleure !

GILLES. Où tu vas ?

JOELLE. Je vais lui chercher un mouchoir. 

GILLES. Non laisse, je vais y aller...

JOELLE. Non j'y vais !

GILLES. Non moi j'y vais !

JOELLE. Non c'est moi !

GILLES. Non moi moi moi moi MOI !

Bagarre

2/ DANS LA FORME DES NUAGES 

ROSE. Le ciel pique les yeux.  Les nuages se tordent déformés on dirait des monstres. Le moral m'est tombé dans les chaussettes vlan.

EMELINE. Tu parles à qui?

ROSE. Ça te regarde ?

EMELINE. Tu t'adressais à qui le nez en l'air ?

ROSE. A mes pieds !

EMELINE. A tes baskets?

ROSE. Oui et maintenant arrête de m'embêter. 

EMELINE. Et ça t'arrive souvent ? T'as de grandes conversations avec tes chaussettes ?

ROSE. Toi tu parles jamais aux murs de ta chambre?

EMELINE. Je suis pas sonnée, je suis normale. Ça va pas ?

ROSE. Si on attendait tout le temps que quelqu'un nous réponde pour parler on parlerait jamais on deviendrait comme quelqu'un qui a perdu sa langue. 

EMELINE. Viens on va jouer.

 

3/ DE LA TERRE A LA LUNE

MARCELIN. Sur la Lune tu portes un casque c'est obligatoire et aussi faut que tu t'attaches à une chaîne sinon tu t'envoles parce que t'es aussi léger qu'un cerf volant ou une feuille.  C'est à cause de l'apesanteur c'est comme ça que ça s'appelle.

EMELINE. N'importe quoi.

MARCELIN. Et puis sur la Lune, il y a la face cachée de la Lune. Ça tous les experts en parlent mais qui l'a vue ? Faut se télé-transporter pour la voir.

THOMAS. La face cachée de la Lune ? Démentiel ! Parce qu'on ne la voit pas toute en entier La Lune ?

MARCELIN. La Lune on voit toujours que la même moitié de son visage.

EMELINE. Tu parles comme si t'avais déjà visité l'espace. Mais tu y es jamais allé menteur! MARCELIN. Comment tu t'appelles ?

ROSE. Rose.

EMELINE. Elle parle à ses pieds. Rose « Bienvenue dans le monde réel ! » Avec mon grand frère t'es servie.  

THOMAS.  T'es tomate farcie. 

MARCELIN. Moi c'est Marcelin je t'ai déjà vue dans la cour de récré lui : Thomas.

ROSE. On s'est croisés à la cantine. 

MARCELIN. Toi c'est Rose ?

ROSE. Oui. Toi Marcelin ?

MARCELIN. Oui. Et plus tard, ce sera mon métier explorer l'univers.

(...)

© AMD 2017