Agathe Charnet : “Rien ne saurait me manquer (j’ai découvert Pierre Rabhi sur mon I Phone 7)”

« Fréquenter des danois permet-il de lutter contre le capitalisme patriarcal ? Faut-il investir dans un Cookéo à l’heure de l’effondrement écologique ? Que ferait Thomas Pesquet à ma place ? Nous sommes nés à l’aube de la révolution numérique, sur les décombres des idéaux politiques, religieux et mercantiles de nos parents. Et nous n’avons pas l’intention de renoncer, même si nous ne savons encore pas très bien à quoi. »

Le portrait composite de la génération Y. Une plume brillante et percutante pour un cabaret pop et grinçant, exutoire des injonctions contradictoires et des fantasmes d’une jeunesse à la recherche de son avenir.

Extraits :

AFTER-WORK

(PROLOGUE - pendant l’installation public)

(...)

Haut Potentiel : En fait, peut être que c’est con, mais je me disais, enfin j’y pensais l’autre soir, tu sais et je me suis dit qu’il fallait que je saute le pas, qu’il fallait que je le fasse. Tu vois j’ai vu l’appartement là, enfin quand je dis appartement, je devrais plutôt dire le studio, parce que 27m2 c’est sûr que c’est plus un studio qu’un appartement même si je dois dire qu’il est plutôt bien agencé. Bref, je suis rentrée mardi soir, j’étais épuisée, je n’en pouvais plus, j’avais passé une journée de l’en-fer au taf’, le genre de journée où tu as l’impression que l’univers entier s’est ligué contre toi, où tu reçois des mails urgent soulignés en orange et des mails encore plus urgents avec genre que des points exclamations et même pas la peine de dire merci ou s’il te plait ou même bonjour, non tu dois le faire et puis c’est tout et la journée passe comme dans un tunnel et t’as même pas le temps de prendre une vraie pause déjeuner et tu te retrouves à bouffer la salade fraicheur Sodebo sous plastique avec le cookie inclus, la tête penchée devant ton ordinateur avec la nuque qui penche vers l’avant et tu te mets à ressembler à un raptor de Jurassic Park. Bref. Quand je suis rentrée dans mon appartement, enfin dans mon studio ben je me suis rendue compte que tout était dégueulasse tu vois, parce que Mathieu il avait pas pris le temps de laver la vaisselle du petit déjeuner alors que je sais bien qu’on a pas les mêmes horaires et que c’est pas chez lui mais quand même la base de la vie quand tu dors chez quelqu’un et que tu as les clefs c’est que tu ranges ta merde putain. Et là, quand je me suis retrouvée à nettoyer les coco-pops de Mathieu dans l’évier alors que j’avais juste envie de regarder Netflix je me suis dit qu’il était temps, maintenant que je peux me le permettre, qu’il fallait vraiment que je prenne une femme de ménage.

(...)

PENDANT CE TEMPS, A COPENHAGUE

(Intermède Danois, avec interprète et sous-titres)

Elle : Jørgen, mon ami, d'où vient cette délicieuse odeur qui embaume notre intérieur en bois clair, moderne et chaleureux ?

Lui : Inge, ma chérie ! Heureux que tu sois rentrée si tôt ! Ta journée de co-working ne s'est pas bien passé mon amour ? Je t'ai préparé une tarte abricot/marjolaine avec le tablier en coton équitable que Henrik et Birthe m'ont offert pour la fête des pères !

Elle : Humm, tu es à l'image de notre maison mon cher Jørgen : moderne et chaleureux ! (ils rient très fort) Allons nous enrouler dans cet immense plaid très doux, servons nous un thé brûlant à la badiane et discutons un peu de notre journée avant que Birthe ne rentre de l'école la plus égalitaire et la plus efficace d'Europe en bus électrique. Et surtout, ne nous inquiétons pas pour son retard, notre système de ramassage scolaire est confortable, fiable et connecté ! (ils rient très fort)

Lui : Tu as raison, mon Kanelbullar ! Goûtons la joie que nous avons de vivre dans un pays où les chômeurs ne représentent que 4,2% de la société active et où notre système de flexisécurité nous permet d'envisager sereinement l'avenir, sans peur du déclassement, de l'immigration ou du dérèglement climatique !

Birthe : Papa ! Maman ! Je suis heureuse de vous retrouver ! Il est presque 15h, la journée a été longue pour moi aujourd'hui ! Je me suis fait un petit bobo au coude en faisant du tricycle sur la piste cyclable avec les garçons, mais heureusement, j'ai été soignée rapidement et gratuitement grâce au notre système public de santé d'une qualité incomparable ! Que je suis heureuse !

Lui : Que nous sommes heureux !

Elle : Que nous sommes heureux !

Lui : Que nous sommes heureux !

© AMD 2020