Olivier Sylvestre : Dans la forêt disparue

Ce jour-là, Val entraîne Oli dans la forêt, pour la première fois, un monde inconnu que les bulldozers menacent hélas de faire disparaître. Grâce à sa machine à oxygène qui lui permet de percevoir tous les bruits environnants, grand-papa Marcel fera tout ce qu’il peut pour mener les enfants au terme de leur quête. Malgré cela, Oli devra faire face à ses plus grandes peurs. 

Une fable écologique sous forme de voyage initiatique pour tous publics. Une écriture et des personnages pleins de saveur pour ré-enchanter le monde. 


Extrait :

(...)

MARCEL. ah ben ah ben

mon p’tit Oli qui rentre plus tôt que d’habitude

OLI. grand-papa grand-papa

je me suis fait une nouvelle amie

VAL. JE M’APPELLE VALÉRIE MAIS C’EST CORRECT TU PEUX M’APPELER VAL

MARCEL. pas si fort pour l’amour

grand-papa Marcel est pas sourd

grand-papa Marcel est ben enchanté de te rencontrer

ma p’tite Val/

VAL. c’est quoi ce gros bruit-là?

MARCEL. c’est la machine à oxygène à grand-papa

VAL. l’oxygène c’est pas dans l’air ça?

MARCEL. c’est parce que grand-papa est rendu trop vieux

pour respirer tu-seul…

géritole de machine

qui passe son temps à renifler dans les coins

faire des jambettes à Marcel avec son tuyau

l’empêcher d’atteindre la télécommande

cachée dans la craque du divan

entre les miettes de chips pis le p’tit change

pour lui faire manquer le baseball des Expos

(faut que je sois là pour leur crier après

à ces flanc-mous-là)

mais bon qu’est-ce que tu veux

grand-papa peut pas se débrancher

même pas deux minutes

VAL. sinon qu’est-ce qui arriverait grand-père?

MARCEL. oh ma p’tite fille oh

deux minutes sans son tuyau pis

pouf

grand-papa Marcel expédié direct de l’autre bord

pis d’après ce que j’entends de l’autre bord

c’est pas mal plus plate qu’ici…

VAL. comment ça se fait que t’es emmanché de même?

MARCEL. c’t’à cause de la cigarette qu’il a fumée toute sa vie

ma p’tite Val…

mais entre vous pis grand-papa (pis ça reste entre nous ok?)

grand-papa en fumerait donc une quand même

rien qu’une toute p’tite

en cachette

que ça le soulagerait donc

VAL. je peux aller t’en chercher si tu veux grand-père

mon cousin Dimitri

qui a dix-huit ans et moins

m’en fait toujours acheter pour lui

pis la vendeuse du dépanneur me croit sur parole

que c’est vraiment pour ma « mère handicapée »

MARCEL. non non ma p’tite Val

t’es ben blood

VAL. ok

MARCEL. merci quand même

VAL. de rien

MARCEL. bon bon

les enfants

vous croirez pas grand-papa Marcel

sauf qu’il vous le jure…

avant que vous arriviez

(là pas un mot à ta mère mon p’tit gars

elle va penser que c’est le début de la fin)

grand-papa écoutait – les sons

ben assis sur sa chaise berçante

les sons qui rentrent par sa machine

pis qui atterrissent direct dans son cerveau

comme dans un coquillage

le quartier le parc…

la forêt

(...)

© AMD 2020