Simon Grangeat : “Du piment dans les yeux”

 Mohamed et Inaya, deux adolescents partis de chez eux pour échapper à leur sort, se rencontrent un jour, au hasard de leurs périples, sur les routes d’Afrique. Ils décident de tenter “l’aventure”, ce mot qui dans leur langage désigne le rêve européen...

Un récit intrépide pour nous faire vivre le voyage de deux adolescents à la conquête de leur vie et de leur émancipation. Une écriture épique, faite pour le jeu, qui fait vibrer au plus près de l’humain les espoirs, les souffrances et les peurs des migrants. 

extrait :

UN

3 – Imaginez : un gamin qui marche seul sur le trottoir de sa ville. 

4 – Un gamin ? 

3 – C'était il y a longtemps alors je dis un gamin, oui. 

1 – Soleil de plomb. 

2 – Ombres courtes. 

1 – Et lui qui marche en bordure de trottoir. 

3 – Un pied devant l'autre… 

2 – Il danse, presque ! 

4 – C'est Mohamed ? 

1 – Évidemment, c'est Mohamed. 

2 – Je vous présente Mohamed : marcheur en équilibre sur le trottoir empoussiéré de sa ville. 

4 – Regardez : il porte déjà son T-shirt VICTORY – deux doigts levés sur un soleil levant. 

 

Mohamed – La Victoire. 

 

1 – C'est comme ça qu'on l'appelle dans les cours de son quartier. 

 

Mohamed – Mohamed Victory. 

 

3 – Dans les ruelles du port. 

1 – Salut à toi, Mohamed La Victoire !

4 – C'était il y a longtemps. 

3 – Son T-shirt est encore presque neuf. 

 

Mohamed – J'ai quinze ans. 

 

3 – Un gamin ! 

1 – C'était il y a longtemps ! 

 

Mohamed – Je termine le collège. Aujourd'hui, je termine le collège ! 

 

3 – Et maintenant, tu cours presque sur le trottoir de ta ville. 

 

Mohamed – Je ne veux pas courir ! 

 

4 – Il presse le pas, joyeux, mais il ne veux pas courir, non. 

 

Mohamed – C'est quand même mieux de pas transpirer quand tu annonces une bonne nouvelle !

 

1 – Il s'imagine déjà annonçant sa nouvelle. 

3 – Il s'imagine le visage de son père. 

 

Mohamed – Celui de ma mère, surtout ! 

 

1 – Ça n'arrive pas tous les jours dans la maison, une bonne nouvelle. 

 

Mohamed – Je suis heureux ! 

 

1 – Les temps sont difficiles. 

3 – Tu es fier, aussi. 

1 – Il faut se serrer la ceinture. 

4 – Mohamed presse son pas. 

 

Mohamed – Mais je ne cours pas ! 

 

3 – Juste ce qu'il faut pour arriver chez lui avant que son père ne reparte au travail. 

 

Mohamed – Je ne cours pas ! 

 

4 – Il ne veut pas courir, non. 

 

Mohamed – Mon cœur, mon cœur Demain pour toi Ma vie bonheur Je serai roi

 

1 – Et voilà son père ! 

3 – Amadou. 

1 – Regarde. 

4 – Fin prêt pour commencer sa seconde journée de travail. 

1 – Amadou. 

4 – Corps sec. 

3 – Regard vert. 

4 – Amadou décharge des camions toute la journée au marché gare d'Abidjan et, la nuit, il décharge des bateaux sur le port. 

 

Amadou – Les temps sont difficiles. 

 

4 – Une vie entière à remplir un pays pour finir par n'avoir presque rien pour soi ! 

 

Amadou – Il faut se serrer la ceinture. 

 

4 – Un pays qui n'est même pas le tien… 

 

Mohamed – Papa ! 

Amadou – Je suis pressé. Je dois partir. 

Mohamed – Papa, j'ai réussi mon examen ! 

Amadou – C'est bien ! 

Mohamed – J'ai eu les félicitations de mon collège ! Je suis le premier de toute la classe – on est plus de cent, tu te rends compte ?! Plus de cent !

Amadou – Tu peux être fier de toi. 

Mohamed – Ils me réservent une place pour l'année prochaine ! 

Amadou – L'année prochaine, c'est ton frère qui va à l'école. 

Mohamed – Papa, j'ai réussi mon examen ! 

Amadou – Maintenant, je dois aller au travail. Va voir ta mère, elle est dans la cour. 

Mohamed – Je veux pas arrêter l'école. Je veux continuer mes études, papa !

 

1 – Tu entends ce crachotement dans la rue ? C'est Amadou qui est monté sur sa Peugeot. 

4 – Une vieille 102 bleue… 

 

Mohamed – Je veux pas travailler tout de suite, papa. Je veux pas !

© AMD 2017